electronic music for fest-noz addicts !

/ Krenijenn en fest-noz

  Krenijenn en fest-noz, c’est fini. Un grand merci aux danseurs et aux danseuses, ainsi qu’aux organisateurs qui nous ont fait confiance et qui nous ont bien accueilli, de 2009 à 2012 :
Festival Fisel (Rostrenen)
La Bogue d’or (Redon)
Festival Mille Goule (Le Jardin moderne, Rennes)
Association EMBV (Péaule)
Festival des Tombées de la Nuit (place de la mairie, Rennes)
Association Tamm-Kreiz (La Citrouille, Saint-Brieuc)
Fest’n Breizh (salle de la Cité, Rennes)
Centre Breton d’Art Populaire (La Carène, Brest)
Festival Kann al Loar (Landerneau)
Château d’Ars (ex St-Chartier)
Festival de Bouche à Oreille (Parthenay)

 .Vous pouvez retrouver le son de Krenijenn sur l’album dont il reste quelques exemplaire en vente sur le site AlbumTrad, un site de commerce équitable, petite entreprise locale qui permet d’acheter des disques de toutes sortes de musiques traditionnelles, en toute confiance (paiement et livraison, qualité et sécurité du service) :

Krenijenn était un groupe de musique à danser, dédié aux danses collectives de Bretagne et particulièrement aux danses en rond : plinn, ridée, tour, Loudéac, Pilé-menu, hanter-dro, Fisel,… mais également Scottish et Kas-a-barh.

Les membres du groupe ont chacun de leur côté d’autres projets qui leur permettent de jouer en concert tout au long de l’année. Quand ils se retrouvaient au sein de Krenijenn, ce n’était donc pas pour faire du concert par procuration, c’était pour faire danser.

.

« … mais avec des instruments comme ça, c’est quand même pas facile ? »
– … et bien si, en fait ! La harpe, telle que Lina Bellard l’aborde, a la force rythmique d’une guitare et l’énergie d’un oud. Les machines, prises en main par Vincent Raude, n’ont rien d’un métronome sans âme, elles permettent de jouer avec des ambiances sonores complexes, les percussions électroniques étant elles véritablement « jouées » en temps réel, dans le respect du style de chaque danse. Quant à la trompette, Erwan Burban en joue dans une volontaire ignorance des traditions trompettistiques de la musique classique et du jazz, pour mieux sonner et mener la danse.

.

.

.

Les organisateurs des festoù-noz auxquels participe Krenijenn s’engageaient à ce que :
– le sol soit « dansable »
– l’éclairage des danseurs soit « NINI » (NI pleine lumière, type néons, comme en plein jour, NI obscurité comme dans une boite de nuit)

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s